Retour sur le 120ème anniversaire : la vérité sur le match des anciens !

Inéluctablement, inexorablement, les jeunes anciens sont devenus des anciens jeunes…

Ce match de gala, disputé à l’heure de l’apéritif devant un parterre bien fourni de connaisseurs munis de tronçonneuses très performantes, figurait en bonne place dans les festivités du 120ème.
Pendant cinq bonnes minutes, les jeunes anciens, en pratiquant une sorte de passe à dix charmante mais totalement stérile, ont semblé faire illusion… Ils parvenaient toutefois, malgré quelques approximations surprenantes de l’ancien fin technicien TSP, et grâce à un arbitrage bienveillant, à conserver l’olive. Ce semblant de domination se traduisait malgré tout par un essai au quart d’heure de jeu (vieux : 5 / la 3 : 0).
A peine cinq minutes plus tard, le score aurait pu être aggravé si le pauvre Lucky ne s’était pas encaouané à 1,25m de la ligne. Pour tout dire et à choisir, il valait mieux que ce soit aujourd’hui qu’en 1998 lorsqu’il avait marqué en semblable position pour la montée en fédérale2…
Suite à un coup de pied des plus imprécis du n° 10 des vieux, la 3 infligeait une déferlante sans appel à ses « adversaires » du jour (vieux : 5 / la 3 : 5).
S’ensuit un renvoi approximatif, la 3 met du rythme,  Sinewani Fanene enrhume gravement les vieux ¾. Nouvel essai (vieillots : 5 / warriors : 10). Dans les minutes qui suivent, Léon Philip s’engouffre sans mal entre EL et TSP (pauvres vieux : 5  /  fiers vikings : 15).

On se dit à la mi-temps que l’addition risque d’être salée d’autant que Lucky préfère donner une conférence de presse à la main courante plutôt que d’écouter les pertinentes consignes de ses coaches Puce et Thomas Saint Pic. Il n’y parle absolument pas rugby  mais pratiques relatives à ce que je veux dire où je pense…
Un autre fait marquant à la mi-temps : un mercato qui se traduit par une permutation entre Rémi Grenereau  et Eric Lanau, ce dernier rejoignant les jeunes (!!!) où il ne passe pas inaperçu, sa magnifique chevelure relativement clairsemée grisonnant infiniment plus que celle de ses fringants coéquipiers.

Aussi, dès la reprise, les anciens inscrivent un deuxième essai (les défraîchis : 10 ; les rouges vifs : 15).
Quelques instants plus tard, EL, piqué au vif, va adresser, quoiqu’en déséquilibre très précaire, une passe enfin décisive. A la conclusion de l’action, essai des marmots ! (les vétustes : 10 /  la 3 : 20).
Un éclair de lucidité de Puce permet aux archaïques de ramener le score à une encablure (vioques : 15 / la 3 : 20).
Quelques changements judicieux et les aînés reviennent à hauteur : 20 à 20. L’issue devient très indécise, déjouant en cela tous les pronostics formulés à la mi-temps.
Un peu plus tard, malgré un quasi suicide défensif de l’ancestral et valeureux Pierre Merlet, les jeunes reprennent l’avantage (20/25). Les experts toujours plus nombreux mais aussi les petites filles qui vont à la messe pensent qu’elle est dite. Erreur ! Les anciens font preuve de cœur, Lucky s’encaouane une nouvelle fois mais dans Mahmoud à genoux (ils ont toujours été très proches) et curieusement, l’action qui suit permet aux décrépits de décrocher la parité (25/25). Ils ne lâchent rien ! Le suspense est à son comble !
En toute fin de match, Potter va y mettre fin : une interception salutaire et, en une fraction de seconde, il va mettre ses poursuivants à 20 m pour finir sa course en solitaire et déposer le rognon entre les perches, crucifiant sans pitié ni vergogne la vieille réserve (vieillards : 25 /  vikings frétillants : 30).

Cette victoire ne doit rien au hasard. Bruno Rousseau qui encadrait l’équipe des jeunes en devenir y est pour beaucoup. Il est content et le prouvera à l’après-match, à l’after et par la suite… Son scooter, et sa conjointe peut-on supposer, n’ont apprécié que modérément…

PS : nous passerons sous silence le ruck un peu appuyé infligé par TSP et SM (dit Puce) à Paul Gassie qui porte cette saison le beau maillot vert « grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf de Bazas » du grand Gradignan métropole, creuset de jeunes pousses, figure de proue de  «l’élite» territoriale.

En revanche, nous ne résistons pas à l’envie de vous faire connaître le joli message d’amitié ci-dessous, assorti d’une bien belle photo, envoyé par EL (dit Lanuche) à son ami Lucky, qui revient sur les moments simples de bonheur partagés à l’occasion du 120ème .

« Mon cher Lucky,

Après un match éreintant et une grosse performance en défense, je me suis accordé un peu de bon temps avec Bruno. Il n’y a pas de mal à ça ….. »

anciens

Pour le Bureau de la section démocratique et populaire,

Merci à tous,

Vive le maillot rouge !

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire