Le week-end de l’espoir?

Composition: 1-Chaput 2-Manente Balladu 3-Grandke 4-Annecou 5-Billiere 6-Laborde 7-B. Philip 8-Kaouma 9-De Saint Do 10-Debaes 11-Renaud 12-Michaut 13-Berthaud 14-Seprit 15-Clavero 16-Hérédia 17-Boutin 18-Couprie 19-Fouquet 20-L.Philip 21-Kechacha 22-Becques

Un match paradoxal au possible. Sur les terrains, frustré de ne pas avoir gagné, heureux de ne pas avoir perdu. En tribune, groggy par la météo et le match de la réserve, réveillé par la banda de sciences-Po courageusement venu animer les tribunes du terrain d’honneur. Un début d’après-midi morose, une dernière minute où le match nul est arraché. Mais à y regarder avec un peu plus de recul, le BEC s’en sort bien en repartant avec ses deuxième et troisième points de la saison, tant le début de match fut compliqué pour les étudiants. Après seulement trois minutes, le numéro 11 des visiteurs passe la ligne ballon en main, c’est sans compter sur l’arbitre qui revient sur une passe en avant pour le moins sévère. Qu’à cela ne tienne, 2 minutes plus tard le 15 adverse déchire la défense, passe les bras pour son centre seul devant la ligne, mais rebelote, en avant au moment d’attraper le cuir. Alors à nouveau, Gradignan part à la charge, perce, transmet la balle à l’aile... et en avant de l’ailier qui n’avait plus de vis-à-vis. Malheureusement, sur la mêlée le BEC s’embrouille tout seul, turn-over, et les visiteurs envoient le jeu au large, trois contre à négocier sur la ligne des 22 mais l’action est à nouveau interrompue par l’arbitre pour une passe en avant à nouveau sévère. Et ça ne fait que 10 minutes que le coup d’envoi a été donné..14992060_891605354272671_582009548428583327_n

A force de subir, le BEC devait bien encaisser des points, et c’est ce qui arrive au quart d’heure de jeu avec la première pénalité du match passée par Gradignan.Dans la foulée, le BEC égalise par une pénalité d’Arnaud Debaes sur la première incursion des rouges dans le camp adverse. Un début de match hold-up qui va avoir le mérite de redonner de la conscience aux soldats rouges, qui commencent maintenant à gagner leurs duels et à faire douter un adversaire qui ne trouve plus de solution face à un rideau défensif bien moins friable qu’en début de rencontre. C’est du coup sur ce score de parité que les deux équipes rentrent aux vestiaires. Ce sont des Becistes déterminés qui font leur retour sur le terrain, et qui impose d’entrée une grosse séquence par leurs avants, récupérant même une pénalité 22m face aux perches. Une formalité ? Demandez à Rory Kockott. En tout cas, s’en est une pour notre buteur bodybuildé bien plus sûr que le demi-de-mêlée international tricolore dans cet exercice. Mais le BEC, plus du tout habitué à mener au score à ce moment de la partie, après cette belle séquence se met à cafouiller son rugby et s’expose au contre adverse : Gradignan franchit, remonte 50 mètres, le numéro 8 arrive dans les 22m des locaux, fixe le dernier défenseur avant de transmettre la balle.. Pour un enième en avant salvateur des verts et blancs. Cette action aura le mérite de remettre les idées en place aux étudiants qui vont retrouver leur ardeur défensive de la fin de la première période. Mais malgré cela, l’arbitre sanctionne un hors-jeu sévère contre la défense rouge : Gradignan revient au score, et prend même les devants sur une troisième pénalité, passée cruellement après un échec du buteur local. Cependant les Becistes, menés 9 à 6 à 4 minutes de la fin de la rencontre n’abdiquent pas, jouent rapidement la remise en jeu, et récupère une pénalité à plus de 40 m face aux perches. Arnaud Debaes déterminé à se rattraper de son échec précédent, désigne les poteaux et réussi une superbe coup de pied après le temps réglementaire pour arracher, enfin, la première-non défaite du BEC de la saison, mais aussi de l’année 2016 . La première non-défaite. Il faudra attendre encore pour la première victoire du BEC de la saison, mais que c’est bon déjà de renouer avec un résultat autre que celui de la « défaite constructive ». A ce propos, le feu follet Etienne Ortali relèvera la corrélation entre la défaite des All-Blacks et le résultat de ce week-end. On espère qu’il s’agisse d’une pure coïncidence, sinon la fin de saison risque de s’annoncer compliquée. Allez le BEC, allez la France.

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire