Coup de Jarnac gagnant pour la première

  • Equipe 1ère

    Jarnac, dimache 21 Octobre

    RCJ 5, BEC 6

    Coup de Jarnac gagnant, ou comment transformer un jeu basique « défenses-murailles » en victoire « made by Wilkinson » ;

    1- Cruchon Constant 2- Delage Dylan 3- Grandke Bryan 4- Lapeyre Sylvain 5- Saliga Latu 6- Guimon Hugo 7- Philip Ben 8- Lebrun Jeremy (cap) 9- Bresac Hugo 10- Debaes Arnaud 11- Desplat Vincent 12- Sao Florian 13- Renaud Guillaume 14- Laurent Léandre 15- Pierron Jean-Baptiste 16- Guimon Thomas 17- Lesaffre Moisson Nathan 18- Estournes Thomas 20- Sandrez Simon 21- Saint Mézard Baptiste 22- Lafargue Elie.

    Encadrement : Pascal Destruhaut, Fabrice Larrieu, Cyrille Huau.

    Jarnac se montre plus entreprenant à l'entame, touche suivie d'un groupé pénétrant sur nos 22, pilonnages, alternance au large et au pied (très peu probante, tant mieux pour nous!). Pascal crie et sermonne: on subit trop!

    Touche pour nous: on capte, petit pénétrant, dégagement. C'est mieux mais pas pour longtemps...

    Les gris jarnacais récupèrent le ballon, reviennent, dominent, jouent tout à la main... sauf pénalité (12ème minute) très bien placée en leur faveur: loupée! On s'en tire sans frais...

    S'ensuivent un long renvoi d'Arnaud Debaes, puis un long dégagement de JB Pierron, avec ballon restant sur le terrain. Jarnac revient à la charge, Jérémy Lebrun leur confisque opportunément l'olive, mêlée pour nous. Hors jeu Jarnacais, pénalité vite jouée, un gris pas à 10 intervient. Nouvelle pénalité. Hugo Bresac nous dégage. A son tour, JB Pierron puis Hugo Bresac de nouveau, privilégient le pied. Choix pertinent: ils nous installent chez eux. On peut alors alerter le camarade Léandre Laurent qui affole la défense adverse et nous gratifie de 4 crochets intérieurs successifs. Malheureusement, la libération sera mal maîtrisée.

    Dans la séquence qui suit, pénalité pour nous, 40 m en biais , Arnaud la prend. Elle passera légèrement à gauche.

    30ème: Hugo Guimon sort sur carton blanc.

    On joue à 14. Hugo Bresac, au pied, nous ramène dans leurs 50... Une deuxième touche perdue sur notre lancer.

    On est sanctionné pour faute au sol, discutable. A 35 m en face, le buteur gris échoue de nouveau...

    Retour d'Hugo Guimon.

    Rien n'y fait: nouveau ballon perdu en touche puis un en mêlée sur notre introduction.

    On bénéficie quand même d'une pénalité aux 50. Arnaud Debaes montre les barres. Au vu de la séquence qui a précédé, c'est effectivement un choix judicieux!

    Bonne trajectoire, il manquera 2 mètres. Dommage.

    img_1137

    Mi-temps :

    0 – 0

    L'officiel FFR va parler à l'arbitre et revient en baillant ostensiblement...

     Simon Sandrez remplace Vincent Desplat.

    On réceptionne le ballon sur le renvoi et on joue depuis nos 22. Contre ruck: on perd le rognon... Jarnac, peu inspiré, ne sait visiblement pas trop quoi en faire!

    Coach Pascal commence vraiment à se fâcher: "C'est le cirque!...On est en train de se mentir!"

    Réaction: on prend la beuchigue sur lancer adverse!

    Pénalité pour nous, touche pour nous aux 40, touche pour nous aux 22 adverses. Avancée claire et nette sur groupé pénétrant bien structuré et patiemment conduit par Dylan Delage. C'est mieux!

    Conséquence à la 52ème : Jarnac se met à la faute, pénalité en coin pour nous, Arnaud Debaes la prend et enquille.

    0 – 3

    Sur le renvoi, réception sûre et très "solide" de Ben Philip.

    56ème, Lesaffre remplace Delage.

    A la 60ème, nos démons du jour nous rattrapent.Ballon perdu sur notre lancer. Idem 2 minutes plus tard... Jarnac envoie au large, franchit, on craint le pire. Ce serait compter sans le magnifique sauvetage de JB Pierron: merci!

    Latu Saliga, qui ne veut pas être en reste, nous sauve à son tour par une très belle et intraitable défense auprès.

    Pénalité pour nous, touche sur nos 40, nouvel échec...

    Cette fois-ci, Jarnac enchaîne... Essai en coin à la 66ème

    5 – 3

    Saint Mézard remplace Sao

    70ème, Delage remplace Lebrun sorti sur blessure.

    Inlassablement, Hugo Bresac parvient à nous ramener au pied chez eux. Nos défaillances en touche et nos approximations (inhabituelles) dans les transmissions, nous empêchent de concrétiser deux longues séquences à notre avantage. Pénalité pour nous toutefois aux 40 et à gauche. Dans ce contexte, Arnaud Debaes la prend donc. Et bien lui en prend:ça passe. 78éme:

    5 – 6

    img_1138

    L'arbitre indique le temps restant et on se dit qu'une bonne réception suivie d'une gestion calme et avisée allaient suffire.

    La réalité allait être tout autre.

    Renvoi du RCJ, personne ne s'annonce à la réception, Sylvain Lapeyre y va sans y aller vraiment, Jarnac récupère l'olive et nous inflige une séance de pick and go, ballons relevés suivis de pénétrants, puis pick and go, etc...                      Face à cette rude épreuve, le BEC a décidé de ne pas abdiquer. "Résistance!" devient le mot d'ordre majeur et partagé par toute l'équipe, sans qu'il soit besoin de le prononcer. Défense vigoureuse et par-dessus tout vertueuse parce que soudée et à l'unisson...

    Sur le fil, tentative de drop fébrile du 10 jarnacais, net échec à 30 mètres face aux poteaux: aveu d’impuissance face à la détermination sans faille des rouges insoumis en cette fin de partie.

    Il reste aux "gros" à s'approprier plus complètement notre système de jeu en touche pour plus d'efficacité, à reproduire et amplifier les progrès observés dans le secteur des pénétrants et aux "merveilles" à se montrer plus constants dans la réalisation pour réitérer les actions payantes qu'ils nous ont offertes depuis le début de la saison. Bref, de la présence à l'entrainement et du travail.

    Cela dit, les qualités morales montrées en fin de partie, l'efficacité défensive, la lucidité de la charnière ont permis d'emporter ce match "très moyen". Encore fallait-il savoir le gagner, seule la victoire est belle!

    A mi-chemin de la phase aller, la Une est quatrième de sa poule de dix, à égalité de points avec le troisième.

    L’arbitre, nonobstant une sévérité inquisitoriale sur les rucks, souvent défavorable au BEC, et une cécité inquiétante quant aux postures souvent illicites du droitier jarnacais, a tenu la rencontre.

    Par delà l’unanimité de satisfaction, les éducateurs ont tenu à souligner le paradoxe : rugby merdique, engagement physique, choix tactiques, victoire tonique et dynamique.

    Retour avec chants style « acapella mezza vocce » au démarrage, animation dynamique de DJ Fabrice par la suite, litanies du BEC version complète par JB Pierron (la valeur n'attend pas le nombre des années...), quelques romances truffées de mots bleus qui rendent Fanfan heureux, trompette basque de Sylvain Lapeyre pour fêter aussi son deuxième triomphe élctoral à l'extérieur.

    Au club house, analyse sportive sous la houlette de Fabrice, Ben au service de mousse pour les uns et Charette pour d'autres, pour tous la satisfaction de la gagne ... et détente méritée.

    Hasta la victoria siempre!

    Ernesto y Camilo.


Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire