Réserve : La remontanada

Je commence par une mise au point. Le dernier résumé du match aller laissait à penser que le choix tactique des pénaltouches était contestable. Je voulais simplement ouvrir ce débat car moi-même en trouvais la réponse difficile. Il s’avère avec du recul et la perspicacité de certains que ce choix était le plus judicieux dans la mesure où les points terrains primaient sur le goal average des deux matchs. Il fallait donc bel et bien essayer de leur oter le bonus offensif en même temps que de réduire le score.
La presse n’avait pas bien fait son travail de préparation et fait amende honorable.

Le public est nombreux et dans ce stade moderne, les 138 loges qui s’élèvent fièrement derrière les tribunes et les poteaux sont toutes prises d’assaut en cet après midi de printemps. Sûrs de leur avance, les pensionnaires de Jaurès ont la mine des beaux jours, comptent envoyer du charbon  et amuser la galerie.

29982934_2031369170438694_3482159030928379346_o

Notre entame est énergique, décidée. Pour l’histoire, il faudra que je décrive les essais : démons, teignes, sont sur le pré. Le bonus offensif est impératif alors on envoie du jeu ! La balle circule d’un côté à l’autre et sur un retour vers la droite, un petit coup de pied à suivre rasant ponctuant une énième mélée fermée met l’adversaire sous pression. Il tergiverse, cafouille, on récupère et Delage marque. La transformation pourtant judicieusement tirée en ce week-end de frappes aériennes n’a hélas pas été validée. En effet, JB avait fait le choix pour échapper aux radars et se mettre à l’abri de la défense anti missile de propulser l’ogive à ras du sol. Le système d’élévation du projectile à l’approche de la barre s’avérant inexplicablement défaillant. 0-5.

La période faste continue: Le Bouscat n’est pas vraiment rentré dans son match. Suite à une pénaltouche aux 15 mètres, nous progressons et échouons de peu aux 5m. Deux ou trois offensives supplémentaires laissent planer l’idée que l’exploit est réalisable. Mais, le deuxième essai ne vient pas et l’occasion de distiller un vrai doute chez notre adversaire et de créer la panique s’est envolée.

Ils se réveillent un peu et sur une de leurs premières tentatives, une belle attaque classique décale en bout de ligne leur véloce ailier qui mis sur les rails ( visiblement pas gréviste) ne sera revu que derrière les barres. 7-5

Moniot rentre à ce moment là (pas de boite bien sûr).

L’adversaire a maintenant la mesure du match et, sur un groupé pénétrant fort dynamique, nous ne pouvons que les accompagner dans l’en-but. Le rythme de leur progression était tel que nous avons espéré les tirer jusqu’en ballon mort. Heureusement, une fois l’édifice écroulé, le ballon resta à hauteur du missile de Pierron dont on a parlé. La mélée qui s’ensuit sera fatale :départ côté fermé, replacement défensif laborieux et un enchainement bref de percussions leur apporte en coin le deuxième essai. 14-5

On revient chez eux et nous multiplions les entreprises mais la coordination n’est pas au rendez-vous : maladresse, mésententes. On va de cafouillages à droite en cafouillages à gauche.

Un superbe mouvement toutefois réveille le stade. Sur un beau déplacement au pied transversal de Pierron, Séprit est trouvé vers l’aile. Il tente le contournement par la rocade extérieure, extrait le ballon du bouchon en vue par une chistera et remet Cazauvieilh dans le sens de la marche. Ce dernier accélère et s’infiltre plein axe mais ne parvient pas à aller au bout. Enfermé et un peu contraint, il amorce alors une passe en aveugle imprécise ( mal vu donc ?) récupérée par Le Bouscat.. Dommage !

La mi-temps survient sur le score de 14 à 5.

30425177_2032263180349293_388696817773234387_o

A la reprise, le jeu s’équilibre et la séance de cafouillage devient générale car Le Bouscat s’invite à la danse. L’arbitre dont le père était cheminot, la mère postière et le frère enseignant décide alors d’entrée en grève du sifflet pour coller à l’actualité. Il s’accomodera de cette magnifique tambouille jusqu’au coup de sifflet final. Le Bouscat redevient bientôt très menaçant mais n’est pas très efficace au final (un peu comme Trump avec la Corée). L’action se fracasse souvent par fantaisie inutile.
L’amoureux du beau jeu en fait toujours trop. Du coup, Lamoureux qui décrypte bien leurs combinaisons rentre chez nous ! En guise d’espoir, à cet instant, le canard était toujours vivant (si tu nous entends Robert !).
Séprit sauve l’honneur par un placage décisif le long de la ligne.

Le match va alors rebondir, du moins, pour ce qui en est du vainqueur potentiel du match. Une très belle relance depuis nos 22, sur contre, se poursuit par un superbe coup de pied le long de la ligne, difficilement négocié par leur ailier. Cabiran récupère près de la ligne mais fait vivre le ballon  quasiment en touche. Le ballon est ensuite prolongé au pied puis récupéré,  transmis et ramassé au final par un pilier ( de comptoir diront certains). Louis Mercier qui avait donc suivi (précédé même peut être, pour être là, à la vue de sa vitesse) n’a plus que 10 mètres à faire et un partenaire à sa gauche. Il choisira d’y aller seul par un cadrage exter-percussion vers la droite car trop peu sûr de la qualité de sa passe. Certainement un bon choix pour ce qui est de la probabilité d’essai, dommage pour les 2 points supplémentaires de la transformation.
Cazauvielh qui officiait à la touche se verra reprocher d’avoir confondu un éventuel pied en touche avec une marche blanche en hommage à leur regretté buteur passé par les armes en octobre. La transformation toujours sous la menace des batteries anti-missile sera abordé de la même façon que la première c’est à dire rasante et ne sera pas détruite mais le système d’élévation n’ayant pas eu le temps d’être analysé confirmera le défaut de conception.
14-10.
L’espoir renait clairement pour pouvoir finir en beauté la saison.

Lamoureux sauve lui aussi un ballon d’essai. La victoire pour l’honneur est à portée. Nous voulons beaucoup sur le final mais nous voilà, nous aussi, tentés par rejoindre le forum copain d’en-avant qui ne cesse de prospérer. En effet, voulant rendre hommage à la princesse Kate qui va bientôt perdre les eaux, notre prince Philip perd beaucoup les ballons. L’arbitre, lui, a mis le match en auto-gestion pour ce qui est des situations confuses. (c’était donc le week-end cafouillage, voir l’action d’anthologie lors de Clermont-UBB, un bijou au ralenti sans nul doute)
Hélas pour le gain du match espéré, une attaque classique vers la droite amène un nouveau décalage pour leur ailier à réaction qui active son DRS. 21-10. Ils ne sont pas dominateurs sur ce match mais force est de constater qu’ils sont plus efficaces.

Notre baroud d’honneur restera sans récompense mais on notera un regain de vitalité en poussée de notre pack sur ce match ( une fois n’est pas coutume). Toujours en hommage à venir à la princesse Kate, le 3 de devant, sur la dernière mélée devant les perches, poussera aussi bien qu’elle ne le fera, et fera reculer de 5 bons mètres leurs vis à vis. Il est toujours bon de finir la tête haute ( la tête en avant pour Kate).
Nous nous inclinons 24 à 10 ( 55 à 20 sur les deux matchs). ça tient vraiment à peu une qualif !!
Aux seules 2  lettres qui séparent oui de non !!  Le Bouscat mérite d’affronter Cestas en finale.

ps: Il est à noter que Louis Mercier rentre en première lors du dernier match de la saison, se blesse lors du dernier entrainement de la saison, marque son premier essai lors du dernier essai de la saison. Sans m’immiscer dans la commission d’attribution, il devrait donc ramener le poisson rouge à l’issue du dernier rendez vous de la saison !

La réserve a fait une saison digne en tout point : proposant du jeu derrière, s’accrochant devant malgré un déficit de poids.

11 victoires pour 5 défaites en poule: c’est un bilan plus que satisfaisant. Ce groupe vit bien et a mérité sa troisième place en phase régulière.

L’objectif de début de saison à savoir la qualification a été atteint. Bravo!

Pour franchir un cap, il faudra peut être désormais gagner en maturité, devenir plus réaliste et............. venir un peu plus souvent aux entrainements !!!!.

30425722_2032264327015845_7177694700359661672_o29982940_2031634493745495_4051377185987523902_o

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire