Réserve : L’objectif est proche !

Il nous faut gagner pour rendre probable la qualification et essayer d’obtenir la troisième place plus favorable pour la demi. Le bonus abandonné à l’aller à la fin serait la cerise sur le gâteau.

La Réole exerce un pressing d’emblée, on plaque à tour de bras. Pour notre première action, un joli coup de pied de déplacement vers l’aile n’est pas récupéré sans en avant coupable.
On subit toujours et sur une pénalité, La Réole obtient une belle touche aux 10m. Une mésentente défensive permet à un groupé pénétrant de nous mettre à mal. Leur 9 s’échappe et permet aux locaux de franchir la ligne. 5-0

Le jeu s’équilibre enfin au milieu du terrain et le BEC frole, sur la ligne des 50 m, une interception qui se serait avérée fatale pour les sud girondins.
Nous prenons alors le dessus dès lors que nous sommes maîtres du ballon. Sur une belle séquence à gauche de deux actions dangereuses successives, nous vendangeons un surnombre par une sautée inapropriée qui finit en en-avant. Comme pour la première, de nombreuses touches sont rendues, dommage!. Mais on reste chez eux et une pénalité nous est offerte. On peut prendre les points et réduire le score mais nous choisissons la pénaltouche (pourtant ils ne sont pas dans l’inspiration de  la une qui jouera après). Echec ! Mais notre pression ne se dément pas et un surnombre est mal négocié deux fois sur la même action : en ne servant pas la bonne personne lancée et en envoyant dans les chaussettes l’ogive décisive.

La Réole se ressaisit, nous n’avons pas concrétisé mais ça va venir. Sur une superbe relance et une percée de Blanchet, l’action rebondit et Louis Raynal marque en bout de ligne à droite. 5 – 7 ( transformé par Bouil).
Les actions s’enchainent et Louis Mercier prend un trou que l’adversaire lui a ouvert mais ne va pas au bout. L’action perdure et débouche sur une pénalité vite jouée. Cabiran inscrit le deuxième essai à droite suite à une sautée.  5-12 (non transformé). La Réole est maintenant aux abois. Notre emprise est totale. Fouquet navigue, Ruffin marque. Bouil  transforme. 5 – 19 . mi-temps. Il nous manque un essai pour le bonus et ….. sécuriser la victoire.

La reprise est un temps sommnolante puis une pénalité nous est accordée aux 40 m en face. Trop court.  Le BEC reprend ses initiatives de fin de mi-temps. Mais le jeu au pied court par dessus la défense laisse à désirer. L’art éole nous joue des tours et nous récupérons peu de ces ballons.
Une grosse percée à gauche de Léo Branger qui s’autorise une double accélération avant de servir Aurélien Cabiran en relais qui réalise le doublé sous les perches. 5 – 26.

Sur une nouvelle belle attaque à droite, Seis s’infiltre sert Lestage dont le coup de pied à suivre est récupéré par Branger qui ressert Lestage pour l’essai au centre. 5-33.

L’équipe est présente pour un de ses matchs les plus aboutis. Blanchet est intenable et tranchant, Branger omniprésent, les ailiers décisifs et les autres au diapason. Jean Bredon est rentré pour le final. Et le final va être éblouissant ! Une relance de notre en-but nous emmène vers la gauche et atteint la ligne des 50 m. Un premier stop est ravivé par une attaque classique vers la droite exploitant le surnombre créé. Blanchet perce, est stoppé mais Raynal conclut en coin . Splendide essai de 100m. 5 – 38.

Le feu d’artifice finit bien par un bouquet. La victoire 38 à 5 est bonifiée ( 6 essais à 1).

La route vers la troisième place qualificative reste ouverte.

12

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire