En route vers de nouvelles aventures !

Club Ovalie du Bocage : 15 / BEC : 16

LES 22 : 1 MANEUF, 2 GRANDKE, 3 MECHIN (cap), 4 COUPRIE, 5 HILL, 6 MONIOT, 7 PHILIP Léon, 8 BARES, 9 BRESAC, 10 DEBAES, 11 CAUSSE,  12, SAO, 13 FOUQUET, 14 BRUET, 15 SAINT MEZARD, 16 LESAFFRE, 17 FOLITUU, 18 LAPEYRE, 19 ESTOURNES, 20 ACOSTA, 21 VALADE, 22 RAYMOND Vincent.

Pour ce long déplacement, les joueurs sont à l’heure avec croissants et chocolatines. Au départ, rappel bienvenu et bien senti de Marilyn quant au comportement attendu dans un bus, notre rouge et sage Président voyagera dans ledit bus pour montrer l’exemple à tout instant… On apprécie le choix de JB PIERRON, blessé, qui a fait le voyage avec l’équipe. En récompense, il est promu adjoint terrain et chargé de l’approvisionnement en eau. Président, qui malgré son âge, s’était exceptionnellement porté volontaire pour remplacer Fanfan retenu par ses obligations professionnelles, sera donc dispensé des tâches la plupart du temps dévolues au camarade Sanitas précité. Pique nique champêtre quoiqu’un tantinet frisquet, thon à la catalane façon clodi-clodo  pour les dirigeants, comme à Jarnac  où nous avions gagné d’un point, curieusement la table présidentielle dure un peu plus que les autres et se fera presque surprendre par le départ du bus…

Arrivée à l’heure, accueil sympathique du COB 79 dont c’est la journée « Partenaires », les « administratifs » se rendent aux écritures, joueurs et entraîneurs aux vestiaires, le Président fait dans le relationnel avec les instances de Bressuire et leurs partenaires… Nous apprenons, avec une relative désolation, qu’il n’y aura pas de représentant fédéral pour cette rencontre.

Au coup d’envoi, vent fort et public extrêmement clairsemé, les « partenaires » toujours à table...

D’entrée, le BEC se montre très agressif, à l’image de Maxence Bruet et Florian Sao qui pressent l’adversaire avec beaucoup de détermination. C’est de bon augure. Mêlée pour nous, bon départ autour d’Hugo Bares, Florian Sao, bien servi, accélère et tente une passe « extrême » qui n’arrivera pas.  Dommage. Le BEC remet très vite la main sur le ballon, Arnaud Debaes et Julien Fouquet distribuent bien le jeu. Par un maître coup de pied, Arnaud nous ramène dans le camp adverse, Nouveau pressing, gagnant cette fois-ci, Florian va au bout: bravo ! Transformation en coin réussie par Arnaud : encore bravo !

9ème : 0 – 7.

Après ce bon début des maillots rouges, les joueurs du bocage, vexés, réinvestissent notre camp. Nous défendons bien. Dorian Causse, le gendre du célèbre Bernard Nazaire et donc de son exquise épouse Myriam, s’illustre particulièrement dans ce registre. Sur pénalité sifflée contre nous, le COB 79 va choisir la pénal touche. C’était compter sans Harold Moniot qui va leur confisquer l’olive : on se donne de l’air. Nouveau braquage sur touche qui suit avec, à la clef, pénalité pour nous. Julien Fouquet nous dégage puissamment. Dans la séquence suivante, deux percussions survitaminées d’Harold nous mettent dans le sens. On enchaîne mais une interception va mettre fin à l’entreprise. On endigue l’initiative adverse mais on se retrouve quand même dans nos 22 avec mêlée introduction adverse. Sortie propre, combinaison bien exécutée derrière, Bressuire marque sans bavure mais ne transforme pas.

17ème : 5 – 7.54206200_2552726921624504_3734776455339442176_o

Sur le renvoi, on presse fort une nouvelle fois et on obtient une pénalité en coin. Pour autant, Arnaud n’insulte pas le jeu et estime qu’il faut tenter de reprendre au plus vite un peu plus de marge au score. Il la demande et enquille !

21ème : 5 – 10.

A la suite, excellente réception d’Hugo Bares. Dans un timing très juste, il va servir Dorian Causse, qui n’est autre, le lecteur attentif l’aura compris, que le beau frère de son ami Robin Nazaire, toujours convalescent. Le gendre donc, va s’offrir une chevauchée fantastique et solitaire de 50m!La suite ne sera pas à la hauteur ; Bressuire revient dans notre camp et se procure une pénalité aux 22 face à nos barres. Cette fois-ci, leur buteur tente et réussit.

28ème : 8 -10.

Dans la séquence suivante, l’arbitre va sanctionner à juste titre le bocage pour un en avant doublé d’un passage à vide. Pénalité pour nous aux 40. Arnaud, fidèle à sa ligne de conduite, la prend pour  tenter de passer au plus vite l’écart à 5 points en notre faveur. Bon calcul, bonne réalisation, ça passe : Olé camarade !

35ème : 8 – 13.

Très vite, Bressuire, fâché, va nous infliger un gros pénétrant avec pénalité à la clef à 30 m face aux barres. Ils choisissent la mêlée… On défend bien collectivement avec, pour conclure la séquence, un beau tampon de Florian Sao qui nous permet d’obtenir une mêlée à 10 m de notre ligne. Aucune question à se poser, Arnaud nous dégage magistralement. Le score n’évoluera plus jusqu’à la mi-temps, malgré les interventions plus ou moins subtiles des partenaires qui ont fini de se restaurer et ont maintenant rejoint en masse la main courante, à tel point que l’arbitre fera un rappel à l’ordre aux entraîneurs pour les inciter à ne pas répondre aux propos de certains supporters. Anecdotique.

Mi-temps. Rien n’est fait mais on n’a jamais été mené…

Dès la reprise, on va privilégier le jeu au pied générateur de pressing où l’on se montre très efficace.

Sur réception de renvoi aux 22, Hugo Bares se montre une nouvelle fois très précieux et met ses partenaires dans le sens de marche. On s’installe chez eux. Belle action des merveilles dans le fermé, julien Fouquet et Baptiste Saint Mézard sur un pas pour le gendre, à savoir Dorian Causse le fiancé d’Alexia (mais cela ne nous regarde pas même si le BEC est une grande famille), qui va échouer de peu.

De significatives progressions au pied amenées par  Saint Mézard  et Fouquet. On obtient une pénalité à 25 m en coin mais, exceptionnellement, elle ne passera pas.

Sur une de nos rares défaillances en pressing (voire la seule), contre attaque de Bressuire sur près de 80 m et, malgré un sauvetage remarquable de Saint Mézard, ils parviennent à enchaîner et à marquer, l’essai sera transformé de justesse, d’aucuns diront miraculeusement. Pour la première fois, ils prennent la tête.

55ème : 15 – 13

On ne se décourage pas et on finit par obtenir une pénalité aux 22m en coin.

Arnaud la prend et enquille.

60ème : 15 – 16.53530363_2552730511624145_5150965578151755776_o

Les 20 dernières minutes qui vont en fait en durer 25, vont être très éprouvantes, avec ce petit point d’écart qu’il faut absolument préserver. JB Pierron en sait quelque chose et comprend mieux désormais ce que peuvent éprouver parfois entraîneurs et dirigeants…

Hormis une mêlée introduction Bressuire à 5 m de leur ligne où l’on va sérieusement  perturber la sortie, le dernier quart d’heure sera marqué par une limitation très bienvenue des prises de risques de la part des étudiants et surtout par le souci de ne commettre aucune faute susceptible d’être sanctionnée par une pénalité qui aurait pu faire basculer le match en notre défaveur. De gros progrès donc en termes de réalisme et de pragmatisme sur la gestion du match…

Réception d’après match généreuse et de bon goût.

Sur le retour, répertoire très riche, mines de plus en plus réjouies et détendues au fil des kilomètres, plusieurs pauses cigarettes à l’extérieur, conformément à la réglementation en vigueur. A ces occasions, beaucoup d’échanges et des conclusions d’une lucidité implacable.

Quelques extraits : mieux vaut avoir un gros cabinet et enquiller qu’un petit fion et tout mettre à côté (il s’agit évidemment d’une considération générale s’appliquant aux buteurs, qui ne visait personne en particulier… ) ou un rappel sur la définition du bon buteur, ce n’est pas celui qui met tous les points mais ceux qui font gagner... ou encore « quand les vieux s’enfoncent du thon à la catalane au pique nique d’avant match à l’extérieur, on est au moins sûr de gagner d’un point (cf. Jarnac ; bis repetita...) ».

Ce groupe attachant mérite d’être soutenu et l’occasion vous en est donnée dès le 24 mars où le BEC disputera à domicile le match aller des huitièmes de finale promotion honneur de la ligue nouvelle Aquitaine contre l’entente Neuvic Saint Astier, 1er de poule avec une seule défaite au compteur pour l’instant.

Les copains et familles des joueurs sont évidemment les bienvenus, on compte notamment sur Hugo COUPRIE pour organiser un grand rassemblement rouge debout dans le virage sud du chaudron de Rocquencourt. Quant aux anciens et amis qui  tiennent assemblée générale au club house ce même 24 au matin (suivie d’un déjeuner diététique), ils constitueront à n’en pas douter une marée de casquettes rouges dans la tribune d’honneur. Ce match est capital pour l’avenir sportif de la Une et au-delà de la section. Le soutien de tous est requis ! Hasta la victoria siempre !

Ernesto B .

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire