Les Lascars de la B

Nos lascars de la B allaient-ils enfin passer en « courant continu », après un début de saison en mode « alternatif » ?

Le moral regonflé à bloc par la performance du samedi précédent, à Libourne (victoire  17-29), émoustillés par la perspective de jouer quatre matchs consécutifs à domicile, nos jeunes bécistes se voyaient déjà croquer à belles dents les «petits cafés gourmands» d’Egletons. Le Père JJ (coach), dans son homélie d’avant-match, n’avait-il pas rappelé (avec moult formules siglées « Plaisir d’offrir, joie de recevoir »), combien il était important de se montrer « généreux » avec nos adversaires, pour se voir exhaussés par les Dieux d’Ovalie.

 Aucun doute…on allait les bouffer ces « coujous » !

Et pourtant…dès l’entame, réduits à la défensive face à de courageux corréziens que trois heures de bus et un pique-nique tardif n’avaient pas complètement anesthésiés, il fallut se rendre à l’évidence : la victoire (facile) annoncée s’éloignait au fur et à mesure que s’égrenaient les minutes.

Côté BEC, on trottine, on discutaille (beaucoup trop), on regarde jouer l’adversaire, incapables de créer le moindre danger, comme absents de ce début de partie. En plus d’un quart d’heure de jeu, pas le moindre ballon à se mettre entre les mains ! Seule une défense individuelle plutôt efficace (merci Frisette et César) nous permettant de maintenir un score à l’ancienne : O-O.

Coupables d’une indiscipline crasse, un déluge de pénalités continuait de s’abattre sur nos joueurs quand un éclair déchira la nuit ! Tel Zorro (sans son cheval Tornado), Maxence (Bruet) notre postulant carabin, ailier de son état, venait d’intercepter une passe dans nos « quarante », et partait aplatir entre les poteaux adverses, transformant lui-même l’essai ! Au-delà de meubler le score, l’exploit individuel de ce « fils du vent » eu le mérite de débloquer un match jusque-là mal engagé, et faire reprendre leurs esprits à nos jeunes joueurs, comme par miracle ragaillardis. Hosanna !

La sélection naturelle ayant rapidement mis hors de combat l’ouvreur d’en face, quelques placages sévères (mais justes!) ayant également permis à certains de nos adversaires de profiter d’une micro-sieste, la physionomie du match revint… à la « normale ».

Nos avants, de plus en plus dominateurs, remettaient la main sur le ballon et enchainaient les franchissements, mettant nos attaquants en bonnes positions pour conclure. Deux nouveaux essais (transformés, s’il vous plait) inscrits par le doyen de la réserve, Thomas Guimon, et Albéric Bouclier, ainsi que trois pénalités venaient ainsi gonfler une addition plutôt corsée : 30-0. Cette victoire bonifiée nous permet d’engranger cinq  points supplémentaires et enclencher une remontada au classement.

Certes, cette rencontre ne restera pas dans les mémoires, tant le niveau de jeu fût médiocre, elle ouvre néanmoins de belles perspectives en terme de classement, pour peu que les trois prochains matchs (à domicile) se traduisent par autant de victoires. Il convient également de saluer à nouveau la prestation majuscule de l’ami Maxence et lui transmettre tous nos vœux de succès à son concours (médecine).

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire