La saison se termine mal pour les séniors E1

Dernier match officiel de la saison , nous recevons Cestas le leader.

En ce jour d’assemblée générale du club  rassemblant des anciens et des amis du BEC, la représentation de la section rugby est plus que fournie et remarquée.
Devant ce parterre de VIP, que va nous concocter la Fynn équipe ( bien que ce dernier ne soit point capitaine) ?
Peut on espérer un sursaut, que dis je un exploit pour finir en beauté ?

Loann Goujon donne le coup d’envoi fictif. Espérons que ce n’est pas un mauvais présage rappellant ce fameux jour où la réserve était allée à la pêche (newsletter de réception du Bouscat).

2

Le début est aussi engagé que la rue jeudi. Cestas score vite suite à une pénétration plein axe : 0-5.

La première attaque du BEC survient à la 5 ème. Mais c’est Cestas qui impose son rythme et sur un surnombre à gauche, le coup de pied à suivre finit de peu en ballon mort.
Peu après, nouvel essai de Cestas sur un décalage à gauche : 0-10.

Nous ratons une pénalité. L’équipe se réveille et de Saint Do, inspiré au pied, trouve une belle touche. Il y a de l’envie. On multiplie les tentatives de briser leur ligne mais les vagues se fracassent  sur leur défense agressive ( et parfois hors-jeu). Et sur un contre des visiteurs amorcé depuis leurs dix mètres, poursuivi jusqu’à l’aile gauche, nous encaissons un essai de 90 m ( le terrain fait bien 100 m): 0-17.

On continue d’avoir des intentions, On déplace le jeu intelligement. Bon jeu au pied «dit Xavier»! Lasko ! au pied «répond Jean Marie». De Juli tente même un mouvement de retrait via un coup de pied judicieusement dévissé pour simuler la fuite et réamorcer un contre trompeur assassin. Léandre est stoppé près de la ligne.
Cestas joue beaucoup avec la règle, leur numéro 1 passe souvent en territoire ennemi sans trop indisposer l’arbitre (qui est une femme puisqu’il y a un «e» à arbitre mais ça vous l’aviez compris dès que j’ai dit qu’elle n’était pas indisposée bien qu’ils jouent avec les règles)*. Fynn, alerte, multiplie les relances, slalomme mais aussi souvent percute, peut être trop. Enfin, on joue et on obtient une pénalité face aux barres. Notre soif de jeu est enfin récompensée par une belle attaque vers la gauche. Une bonne sautée** crée le surnombre et Fynn va au bout le long de la ligne : 5-17.

Va t’on pouvoir revenir chez eux sans encaisser de points. Cestas fait parler sa puissance. Un en-avant nous sauve alors que Grandke malade était resté sans réaction sur une sautée.
On subit toujours mais Léandre rate de peu une interception. Hélas, la pression durable exercée par notre adversaire finit par user notre volonté et nous encaissons un essai transformé juste avant la pause: 5-24.
Le score à la mi-temps est sévère et sanctionne nos errances défensives mais il convient de dire que ce lourd retard ne laisse pas la même impression que les fois précédentes. Nous avons montré de l’entrain, de l’envie de créer et insister à vouloir transpercer cette défense solide.

5

On occupe dès la reprise mais Cestas a la capacité à se sortir de ses 22 par la vitesse. Une percée tranchante entamée depuis leur base illustre cette faculté à s’extraire de notre étreinte. Sur un mouvement de grande ampleur également amorcé de très loin suite à une percée plein champ, l’essai est validé pour Cestas dans l’angle droit: 5-29..

On essaie de réagir par un belle attaque vers la droite prolongée par un déplacement de jeu. Nous subissons hélas bientôt un nouveau contre  qui nous transperce plein axe. L’essai est encore en bout de ligne. 5-36.

Cestas maintenant déroule. Une pénalité est propulsée en touche. Sur la pénaltouche, nous interceptons le lancer en le deviant par une tapette vers ….un des leurs lancé: essai offert sur ce ballon dévié mais imprécis. La réussite n’est pas, en plus, au rendez-vous. 5-43.

Une percée à gauche le long de la touche d’un véloce visiteur rajoute 5 points : 5-48.

Louis Mercier, salue sa première cape en une par une phase d’évitement à 15 m de leur ligne digne d’un torero un peu enrobé toutefois. (décidemment Curro roméro nous rend souvent visite) à moins que certains y aient vu la grâce de la danse sur glace. Dorian sauve la patrie sur une phase très menaçante.

Enfin sur une mélée perdue, Cestas crée le décalage vers la gauche et un dernier missile mis sur orbite, trop rapide pour nous, ferme le score. 5-53

A l’image d’un Saint Sébastien sanguinolant et criblé par autant de flèches que nous le sommes d’essais encaissés en cet après midi de fête, Jean Marie vit un nouveau martyre. J’avoue personnellement avoir de la peine à écrire ces lignes et j’aurais bien différer cette News.......later.

Courage ! des jours meilleurs arriveront rapidement ( pour le moins, on va vers l’été avec ses beaux jours et ses grillades).

*humour, seulement humour provocateur. (et clin d’oeil à toutes mes amies qui le prendront comme tel)
** aucun humour , vous avez l’esprit mal placé !

4

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire