Benjamins : Des raisons de chanter sous la pluie

Enfin, la météo semblait vouloir laisser un peu de répit à nos U12, et nous permettait de jouer, à Pessac-Alouette, le première journée (sur 4 prévues) de «notre» championnat.

On dit «semblait» car, on s’est vite rendu compte qu’il restait encore pas mal d’eau dans les nuages malgré Décembre-Janvier, du coup nos valeureux U12 ont pris des gouttes, puis des cordes, puis carrément de seaux d’eau, exactement pendant la durée du tournoi. Avant un joli ciel dégagé en fin d’après-midi… Soupir.

Merci en tout cas aux parents qui ont co-voituré et/ou ont bravé les éléments. Et qui eux, ont pensé au parapluie (pas comme les coaches…)

Du monde, une belle présence, (26 joueurs) pour ce tournoi, qui a permis d’aligner 2 équipes de 12 joueurs, un vrai plaisir. Ce malgré quelques forfaits de dernière minute, sans lesquels on aurait peut-être pu finir tous nos matches au complet (l’équipe 2 a fini à 10..)

La «1» découvrait d’entrée le RC La Pimpine, drôle de nom pour une entente (Cenac+Sadirac), une équipe venue de l’Entre-2-Mers.

Bonne entame des Rouges du BEC, qui pressaient les Orange en défense, forçait leurs maladresses. Les Cénacais marquaient tôt, mais le BEC répondait aussi sec, par un essai opportuniste de Charles. le match s’équilibrait, la possession du ballon partagée, et le BEC alternait les grosses séquences de placage, et des tentatives de jouer collectif sur les extérieurs. Malheureusement, avec encore quelques courses en travers, et un poil de manque de profondeur pour concrétiser notre domination. Sur la physionomie du match, une victoire des Etudiants semblait dans la logique, mais sous une pluie croissante, on se dirigeait vers un match nul détrempé quand survint ce Grand Classique : «l’essai bête». Ballon glissant, transmission ratée sur nos 5 mètres pour dégager notre camp. Mêlée «Pimpine» à suivre, essai. 1-2 au final et du coup pas mal de frustration, malgré un contenu positif.

Une toute autre musique contre Bègles 2, mais un BEC tout aussi présent dans le match, avec d’autant plus de mérite étant donné les gros, parfois très gros gabarits en face. Présents sur tous les fronts, nos U12: encore une fois une grosse défense, mais aussi des initatives prises dans le jeu, où le BEC proposait autant que le CAB, avec quelques jolies relances en plus. Contrarié dans son jeu, Bègles changeait alors son fusil d’épaule dans le dernier tiers-temps, faisait parler son poids et sa puissance au près: avalanche d’essais, 0-5 au final. Rien à dire, mais surtout pas grand-chose à se reprocher. Juste peut-être un peu de constance dans le replacement défensif: arriver à reformer cette ligne au 2e temps de jeu, mais aussi 3e, au 4e, etc.

La «2», dont c’était la première «vraie» sortie cette saison, apprenait à se connaître, et certains débutants rugby découvraient ce qu’est un match entier.
Contre les hôtes Pessac-Alouette, plus en gabarit que nous, elle n’a fait aucun complexe, et elle aussi, elle a essayé, essayé d’écarter des ballons, avec assez peu d’en-avants, d’autant plus remarquable malgré la pluie. Une volonté de jouer qui a même suscité l’hommage des entraîneurs pessacais…. Le BEC a mis du temps à mettre la main sur le ballon, mais une fois rentré dans son match, a pris l’avantage crânement. Hélas, un ou deux mouvements avortés, souvent par des courses trop diagonales, pas assez «rentrantes», ont laissé la porte entrouverte. Pessac s’y est engouffré, égalisant puis prenant l’avantage, alors que nos U12 fatiguaient et venaient moins vite dans les rucks. La belle réaction au 3e tiers-temps n’a pas changé la donne:  1-2, mais la satisfaction d’avoir fait très bonne figure face à une équipe bien plus rodée que nous.

Contre La Pimpine 2, et sous une pluie devenue battante, nos Etudiants se sont d’abord fait prendre par la vitesse des Orange: un, puis deux essais encaissés, et des coups au corps (Gauthier, puis Esteban blessés) ajoutant aux coups au moral. C’est là que le BEC 2 s’est découvert une âme: relevant la tête dans l’adversité, reprenant la marche avant, petit à petit, mètre par mètre, dans le sillage de quelques guerriers, puis avec une confiance retrouvée, et toujours la volonté de faire vivre le ballon. 1-2, puis 2-2, puis 3-2 au final, alors que La Pimpine n’arrivait plus à endiguer notre révolte, et que Matteo aplatissait le 3e essai, consacrant les mètres durement gagnés par les autres. La «2» s’est offert une explosion de joie, et une leçon à méditer: même menés 0-2, ce n’est jamais, JAMAIS, fini.

Du point de vue des coaches, un peu de frustration: il est clair qu’à quelques détails près, un, voire deux matches de plus pouvaient basculer en notre faveur (Bègles, on va oublier pour l’instant…).
Mais le gros courage mis par tout le monde --on a envie de dire comme souvent-- est un motif de satisfaction sans limite. Et la cerise sur le gâteau, c’est la volonté, de plus en plus manifeste à chaque match, d’essayer, de créer, de passer.
Alors bravo à tous, avec mention spéciale à quelques «lions» du jour 1 et 2 confondues, comme Charles, Maxence, Harry, Arno, Lucien, les Mattei. Mais bravo au collectif, surtout.
On a beaucoup aimé aussi les progrès en gestuelle, ou en placages, de quelques-uns, par rapport au début de saison. On sent des joueurs qui prennent peu à peu confiance en leur rugby. Et ça c’est une chouette base. On va serrer quelques boulons (replacement & vitesse, vitesse & replacement, encore et toujours…), mais on avance. Entre les gouttes.

BECistement,

Philippe, Sébastien, Pierre-Clément

Rappel au passage des dates à venir (sous réserve de modification, météo, désistement d’un club-hôte, etc…) :
- Samedi 10 Mars = Plateau à Cadillac
- Samedi 24 Mars = Plateau au BEC
- Date à définir = Plateau du 20 janvier à Bordeaux-Lac, à reprogrammer

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire