Cadets – U16 – Victoire à l’extérieur.. Stade Bordelais =19 – BEC = 21

Samedi 12/11/2022 - Beau temps avec soleil pour l’équipe qui l’avait dans les yeux / terrain : à l’ancienne / chambrée : hostile / Bon arbitrage de M. X (un peu âgé et déplumé pour arbitrer des cadets, il a dû redoubler...)

« Un derby contre le Stade Bordelais, cela ne se joue pas, ça se gagne ! »

Nos jeunes Bécistes ont parfaitement appliqué cette maxime (n’est pas M. Lapeyre ...).

Dans un « stade des Platanes » où chaque ballon envoyé en touche est perdu définitivement (bonjour le budget annuel), nos U 16 ont, comme toujours, appliqué leur plan de jeu : du bon et du mauvais, du yin et du yang, du temps fort (un peu) et du temps faible (souvent), bref du courant alternatif !

Dans une équipe remaniée (absence, notamment, de Capt’ain Lucien, pour la bonne cause, car à Marseille, d’Oscar Foir’Fouille, etc, ...) nos jeunes ont mis du temps à entrer dans la partie.

Heureusement, grâce à un pied sûr de Gildas et un essai de Sacha, sous les poteaux, en fin de 1ere mi-temps (attention, un 5 contre un, cela peut aussi se jouer collectif...), nous arrivons à 13 à 0  à la mi-temps.

Mais, des mauvais choix, des touches défaillantes (quand on a un grand de 2,15 M en face, on essaie de l’éviter, ...), des excès d’individualisme derrière, des coups de pieds à suivre « ni faits , ni à faire », des réceptions de balles hésitantes, des isolements de joueurs devant, des rucks où on se fait des politesses « non, mais après vous, je n’en ferai rien », «  Non mais vous aviez le ballon avant moi, ... », ..., font que, sur le banc, on se dit que ce résultat tient du hold-up, voire du miracle...

Mais pas le temps d’aller faire brûler un cierge à Lourdes que nous faisons un renvoi de 2-ème mi-temps d’environ 22 cm (que Benny Hill n’aurait pas renié) et qui va donner  le tempo de notre second acte.

Défense élastique (tendance « beurre de Charente-Poitou ») ou sur des rails droits et aveugles (au lieu de glisser, quand on est en sous-nombre), « en avant » derrière, rucks passifs devant, bref, on remet dans le match une équipe qui n’en demandait pas tant (limite... presque étonnée).

Ils avaient, en face 4  individualités (le 3, le 4, le 13 et le 15), que l’on avait ciblées, et dont 3 d’entre eux, sur des actions où l’on pratique les « journées portes-ouvertes » se débrouillent à nous marquer un essai.

Par conséquent, ce n’est plus un cierge qu’il faut faire brûler, mais la basilique St Pierre qu’il faut construire (alors que l’on n’est pas fichus de réparer un club-house ! ...).

Toutefois, quelques éclairs et fulgurances positifs : le pied gauche de notre capitaine du jour ne tremble pas et, enfin, après 2 beaux renversements d’attaques, gauche/droite, ceux-ci aboutissent à un essai très collectif, de Gildas, en bout de ligne.

Comme quoi, quand on veut et que l’on s’applique, à 15 ! ...

Un bon jeu au pied d’Harry, notamment, nous permet d’occuper leur terrain, Ernest ne laisse pas sa part au chien en défense, et, malgré le dernier essai du Stade Bordelais, heureusement en coin (donc non transformé), notre Gaspard, par un coup de pied en touche final, peut délivrer son équipe, ses entraineurs, ses suiveurs et supporteurs (fort nombreux et bruyants, comme d’habitude) et faire retomber le palpitant à un rythme plus normal.

Victoire 21 à 19 !

En résumé deux points à retenir :

  • En « sombre » : Le couperet est passé (très) près, car on a joué sans respecter, ni les plans de jeu, ni les consignes des coaches, ni l’adversaire,
  • En « clair » : cette équipe ne lâche rien, possède indéniablement du mental et s’accroche comme un fox-terrier au cul d’un facteur, pour, au final, gagner et rester invaincue.

Nous sommes sûrs d’être premiers et qualifiés en R1, ce qui est, tout de même, le résultat visé et obtenu (parfois, aux forceps, il est vrai...) ! Et les potentialités du groupe sont réelles, s’il est attentif, discipliné et mobilisé !

Félicitons Noam, pour le premier match de sa future brillante carrière et Amaury, pour l’esprit d’équipe qu’il a démontré, appelant du temps de jeu pour les prochains matchs.

Et puis, comme disait le philosophe :  «  il vaut mieux gagner moche devant le Stade Bordelais, que de perdre avec panache ! »

Cet adage est aussi valable, évidemment, pour le match contre les 3 B (Bouscat/Bruges/ Blanquefort) le RV qui se présente à nous la semaine prochaine, et pour lequel nous allons tous nous retrousser les manches et traverser les boulevards, pour aller y gagner !

Les Coaches

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire