Cadets – U16 – On y est presque !

Les voyages forment la jeunesse disait-on… De toujours les déplacements a Salles également.

Le bus du BEC étant toujours en réparation c'est avec le véhicule présidentiel de Jean Marie BIRBIS que nous avons pu faire le déplacement.

Il restait deux matchs de poule pour nos cadets et mathématiquement nous n'avons pas le choix : deux victoires impératives si nous voulons espérer rester à la seconde place de la poule et envisager de nous qualifier pour les phases finales au niveau A.

Les 3B poursuivent leur remontée avec un grand nombre de bonus offensifs ce que nous n’arrivons pas à faire. Arrivés sur place les sangliers nous ont réservé le terrain d'honneur et… un vent glacial à rappeler les vertes vallées béarnaises du Pays basque (c’est bon là Stéphane ?)…

Tout le monde est concentré sur la mise en place de notre projet de jeu ambitieux. Une chose est certaine les U16 ne sont pas venus dans le nord des Landes pour préparer la fête à la résine !

L'entame du match est fidèles aux précédentes comme si nous avions compris quelque chose… pression-pression-pression et jouer chez eux. Évidemment cela paye : essaie de l'incontournable Raphaël à la huitième minute sur une belle combinaison des années 80 … Alors que la domination est outrageuse ; et cette fois-ci ce n'est pas un manque d'opportunités mais peut-être un manque de lucidité …on ne marque pas. 

Ce qui est gênant dans ce sport où le gagnant est celui qui encaisse le moins de point que l'adversaire (dixit l’un des coach souhaitant rester anonyme). Alors qu'il devrait avoir trois ou quatre essais à zéro on se contente d'une pénalité à la dernière minute 8-0 à la pause : nous sommes dans les clous ! 

À la mi-temps la surprise salloise est dévoilée : huit remplaçants de leur équipe nationale font leur entrée en jeu …

Cela ne change rien pour nous : Nos petits gars sont toujours vaillants et retourner 70 ou 100 kg d’ovins sauvages peu importe !  48ème doublé de Raphaël:  13-0… Le KO n'est pas loin.

Malheureusement, en face de nous une équipe avec des joueurs de très bonne qualité n'ont pas l'intention de se laisser faire à domicile et en jetant leurs forces dans la bataille reprennent légèrement le dessus et par des contres assez précis il faut le reconnaître marquent un essai qui les laissent espérer à la 62ème

 C'est mal connaître nos ¾ et leurs jambes de feu qui aujourd'hui ne laissent passer personne et malgré quelques situations assez personnelles font le travail : réponse de tac au tac essai de Ettel à la 66e !

 Allez encore un dernier effort, un essai et  victoire bonifié  et zou … on rentre à la maison…

 Et là c'est le drame..

 Comme un axiome aussi récurrent que « tu boiras bien le verre de l’amitié avant de partir » où « fromage ET dessert ? » nous avons rappelé à nos jeunes Padawans qu’après avoir marqué il faut concrétiser le coup d’envoi et surtout ne commettre aucune erreur :  tête au ballon - un qui dit j’ai – maul immédiat – cop de pié  - touche  et py c’est tout.. ,Pas de fioriture. Pas de tchic tchac à la con. Pas de truc bizarre de 3/4. La touche et py c’est tout. Merde.    Il faut assurer le renvoi.

 Mais – de bon aloi en cette période du Saint Carême - mea culpa mea culpa mea maxima culpa effectivement on a pas rappelé la règle 2.0 que connaissent depuis les benjamins – et même le dernier des arriérés des  vallées consanguines du limousins le savent - le coup d’envoi s’il ne fait pas 10 m ET BIN PUTAIN TU LE JOUES PAS ET MELEE AU CENTRE.. !

 Éventuellement pour un match amical ou pour ne pas respecter adversaire «  à refaire » si t’es à a la recherche de cet enculé de challenge du faire play mais sinon MEEELEEEE MOOOOOOSSSIEEEUUUUR L’ARBITE.

 C’est clair non ? Là aussi c’est un tel b.a. ba que ce niveau ça ne se répète même pas.

 Ça fait partie des règles qu’il faut rappeler aux gens pénibles qui veulent venir te pourrir le match alors qu’il n’y connait rien… Qui vient te gâcher le match avec ses « et Bastarot il était bon »  et « Chabal …oooouuuf ce joueur non ? »? …  Et lui c’est qui etc » … etc…

 Donc coup d’envoi pour SALLES celui-ci parcourt quelques 35 cm….

 YES. Cri Primal AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAARRRGGGHHH tout le banc lève le bras au ciel : mêlé au centre il reste deux minutes on va jouer chez eux.

 Une Clara ou une Morgane, une paf ou une Louis XIV, un départ du 8 et peu importe on a pris le dessus ils sont occis et capot ouvert … on va marquer le bonus de la victoire et fin du match.   Et ben non. Avait-il mal mangé ? Avait-il mal digéré le neuvième tome de « A la recherche du temps perdu » ? Une nouvelle séquelle de l’ablation de son troisième testicule pessacais ?             Aujourd’hui on ne sait toujours pas…

L’aigle de Peyrorade s’est transformé en Lapin Crétin Volant du Sud-Gironde et décide de jouer la balle.         Évidemment toujours tout seul il se fait contrer et perd le ballon !

«  Quique s’abordum inacceptabla nin conna ut fonctionnat i perdirum boni ? » … ouais

 Quatre minutes sous pression et évidemment on prend un essai à la fin !

 Ils ont de nouveau des espoirs les joueurs de Salles vite ragaillardi non pas par ce don du ciel mais par … allez on le prend sur nous … l’incompétence des coaches… Non faut pas déconner on y est pour rien ! ANDOUILLE !

 Allez quelques belles phases défensives un gros coup de pieds dans les tribunes et fin du match !  

Victoire à l’extérieur ! Les 3B gagnent sans point de bonus !       Une victoire simple à Arcachon le 30 avril nous garantit la deuxième place de la poule.    Objectif atteint ! Enfin pour le moment...

Dans le gel glacial à l’ombre des tribunes le Perrier belge est bien agréable …   À l’intérieur une belle assiette de charcuterie.

 La défaite des juniors plombe l’ambiance. On repart en bus ambiance garantie pour les U 16 !

 Défaite de l’UBB mais  cochon de lait rôti, tricandilles et épaule d’agneau… GEVRAY CHAMBERTIN

 Bon dimanche dans l’absolu (À part la faute de l’autre andouille) -             18/20

Max Bardet

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire